production

COURGETTES SOUS TUNNEL

Mi-mars, nous avons mis en place nos premières plantations de courgettes sous tunnels nantais et sous serres. Double protection !

Un voile de protection est déjà prêt à être ajouté sur les tunnels nantais en cas de chute des températures… mais, avec les belles journées dont on profite actuellement, nos petits plants devraient pousser tranquillement !

PROMENONS NOUS DANS LES CULTURES…

La belle saison a eu du mal à arriver mais voici un tour d’horizon de quelques cultures… Beaucoup de vigilance et de surveillance car le mildiou menace mais globalement les légumes se portent bien ! Une visite de technicien est programmée fin de semaine prochaine, un apport technique pour optimiser la bonne conduite des cultures : veiller à l’état sanitaire des plants, faire le point sur les irrigations, planifier les éventuels apports complémentaires d’engrais…

Aubergines, courgettes en extérieur et tomates sous serres - Juin 2016

Aubergines, courgettes en extérieur et tomates sous serres – Juin 2016

 

Cultures en plein champ (pommes de terre, semis carottes, courges, poireaux repiqués) - Juin 2016

Cultures en plein champ (pommes de terre, semis carottes, courges, poireaux repiqués) – Juin 2016

Les photos des cardons, des oignons, des poivrons et nos différentes variétés de courges feront l’objet d’autres articles !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

TUNNELS MARAICHERS SUPPLEMENTAIRES…

Cette année, nous implantons de nouveaux tunnels pour augmenter encore nos surfaces de culture de tomates. Nous avons réalisé le montage de 4 tunnels 8 m en même temps : mise en place des arceaux, barres de cultures et fils de fer, têtes de serre en filet brise-vent, bordures intérieures en toile hors-sol pour éviter l’enherbement …

Il y a quelques semaines, par une matinée ensoleillée et bien calme, nous avons pu réaliser le bâchage sans souci ; le soir, les tunnels étaient tous sécurisés. Nous y repiquerons nos prochaines tomates greffées destinées à la transformation de nos soupes et gaspacho, ou encore de nos coulis, de nos sauces et ratatouille.

 

SERRES2015

Tunnels 8 m mis en place en mars 2015 –  Les Délices du Maraîcher

LE CARDON

Voici venue la période de transformation de nos cardons… Ce légume ancien, dont l’aspect et le goût se rapproche de l’artichaut, est bien connu sur notre région et plus largement de Mâcon jusqu’à Valence. On en cultive et consomme aussi dans les Savoie, en Suisse et au nord de l’Italie. Il en existe des variétés très épineuses (pas étonnant puisque l’ancêtre commun du cardon et de l’artichaut est le chardon) et des variétés dites inermes, c’est-à-dire sans épines. La particularité de ce légume est qu’il a besoin d’être privé de lumière pendant au moins 4 semaines, ce qui permet aux côtes de blanchir et de s’attendrir et du même coût de perdre son amertume assez caractéristique. Mais attention, le cardon craint énormément le gel.

cardons3

Mise en place des plants de cardons      cardons4

Sur l’exploitation, nous repiquons nos plants bio au mois de juin dans des sols assez lourds qui apportent à nos cardons un bon développement et surtout une meilleure qualité gustative. Toute la croissance du plant est menée en respect avec le mode de culture biologique.

Fin septembre, nous commençons à procéder à l’empaillage du cardon. Depuis quelques saisons, les gaines réutilisables d’une année sur l’autre ont remplacé chez nous les sacs papiers ou rouleaux de cartons.  Nous comptons au moins 5 semaines de blanchiment.

cardon2

Le cardon est alors coupé au champ, rapporté au bâtiment agricole pour être préparé. Le tri et la mise en pot sont entièrement réalisés à la main dans notre salle de transformation puis les conserves sont stérilisées dans l’autoclave.

Nos cardons  au naturel peuvent être servis nature avec du beurre fondu ou un bon jus de viande ou être préparés en gratin traditionnellement pour les repas de fin d’année. Un régal… !

 

TRAVAUX DE PRINTEMPS

Ces jours-ci, nous avons profité de la météo clémente pour monter un dernier tunnel afin de compléter nos surfaces de cultures sous serres. Le montage était prévu l’an dernier mais nous avions été pris de court (lire l’article correspondant).

serres maraîchage bio

Montage serre et épandage fumier – Printemps 2014

Les autres serres ont toutes été nettoyées et travaillées afin de recevoir le fumier. Nous travaillons toujours avec du fumier bovin, approvisionnement en local.

Nous épandons 30 à 60 tonnes/hectare en fonction de la matière organique et de la fertilité des sols que nous validons par des analyses.

 Ensuite, nous complétons les apports par des engrais organiques, en fonction des besoins des cultures, et de manière fractionnée pour que les plants n’aient jamais trop mais toujours suffisamment tout au long de leur croissance et de leur production.

 Enfin, autres chantiers du moment : drainage sur une parcelle qui nous pose problème depuis plusieurs années avec des rochers en sous-sol qui génèrent des irrégularités d’humidité  sévères lors des pluies comme celles de ce début d’année ;  mise en place de l’irrigation automatisée sur cette même parcelle.

Ceci en attendant les mottes d’oignons à repiquer d’ici deux semaines environ…

 

 

 

 

Archives